Le terme “manga” fait référence aux bandes dessinées japonaises, dont les séries sont souvent transformées en dessins animés japonais, ou anime. Le mot se prononce “maw-nnnnn-gah”. En japonais, il s’agit en fait de trois syllabes, bien que le “N” du milieu soit prononcé très rapidement. Les Français ont l’habitude de le prononcer “man-gah”, mais ce n’est pas vraiment correct.

Le mot “manga” peut être traduit par “images humoristiques”. Ce style est devenu très populaire au milieu du 20e siècle lorsque les lois interdisant la publication de ce genre d’articles ont été levées. Il est depuis devenu une part importante de la culture japonaise. Contrairement à la France, le manga est lu par la plupart des gens dans le pays dans des bandes dessinées hebdomadaires. Les artistes et les auteurs de manga sont très respectés pour leur travail, tout comme les écrivains de littérature en France.

Les matériaux imprimés se sont répandus après l’introduction de la presse à imprimer au Japon en 1590. Cependant, l’impression était coûteuse et de nombreux roturiers n’avaient pas les moyens d’acheter des kusazoshi. Dans une librairie de location appelée “kashihon-ya” en japonais, des entrepreneurs intelligents achetaient plusieurs exemplaires des derniers kusazoshi, puis les prêtaient pour une somme modique. Les bandes dessinées étaient si populaires et si amusantes à lire que les gens n’hésitaient pas à louer des exemplaires d’occasion. Cette idée a si bien fonctionné que les kashihon-ya sont devenus de véritables bibliothèques mobiles : ils parcourent les rues avec de grandes boîtes remplies de brochures sur le dos chaque fois qu’une nouvelle version est disponible.

En dépit que les mangas modernes aient vu le jour au milieu d’une expansion de la créativité artistique entre 1945 et 1952, leurs origines remontent à des siècles. Pendant l’époque d’Edo (1603-1867), “Toba Ehon”, un autre livre de dessins a intégré le concept de “manga”, bien que le terme lui-même a débuté en 1798 avec la publication d’un livre d’images “Shiji no Yukikai” par Santō Kyōden.

Un manga riche en créativité, en histoire et en détails, qui nous attire, nous accroche et nous laisse sur notre faim. Jetons un regard particulier sur les séries qui ont l’art le plus étonnant dans tout le manga.

La tradition de l’art narratif ou de raconter des histoires avec une série d’images séquentielles a fait partie de la culture japonaise bien avant que Superman ne mette une cape. Les premiers exemples d’œuvres d’art prémangas qui ont influencé le développement de la bande dessinée japonaise moderne sont généralement attribués à Toba Sojo, un prêtre-peintre du 11e siècle avec un sens de l’humour fantaisiste.

Qu’est-ce qui rend l’art du manga si génial? Le manga est un médium qui ne reçoit pas beaucoup d’amour dans la communauté “otaku” comparé à l’anime, surtout les blogs sur le manga sont une rareté sur l’Internet; donc je décide de faire une appréciation du manga dans ce blog. Le manga est incroyable, c’est comme les comics, mais en 100 fois mieux. Il peut se présenter sous un million de formes, pas un manga n’est le même, c’est pourquoi il est si intéressant.