Dans un flashback, Ryofui, encore jeune marchand, et son maître assistent à une bataille opposant des hommes qui combattent avec les armes qu’ils viennent de leur vendre. Ryofui se dit alors que la vente d’armes serait un marché profitable, mais son maître l’en défend : pour cette fois, ils ont fait une exception car ils manquaient d’argent. D’ailleurs, il fait remarquer à Ryofui que les hommes meurent sur le champ de bataille, mais ceux qui profitent de la guerre sont les hommes à la tête des différents états : pour lui, la guerre est un acte vide et insensé. Ryofui pense que la guerre n’est pas insensé mais stupide et que s’il avait les mêmes moyens que ceux qui mènent les guerres, il pourrait obtenir plus de choses. En effet, il soutient que la plus puissante arme de l’homme n’est pas l’épée ni la lance, mais “l’argent”. Son maître lui dit que même si les hommes en ont conscience, le fait est qu’ils n’arrivent pas à gérer leur argent, c’est pourquoi Ryofui dit qu’en fait ce qu’il faut gérer c’est leur “cupidité”.
De retour à You, Ryofui continue sur sa lancée et déclare que le système monétaire est à l’origine du monde actuel. Il ajoute aussi que l’argent est la plus grande création qui a permis de mesurer la richesse de chacun mais a renforcé par la même occasion le sentiment de désir et convoitise. Depuis la mise en place de ce système sous la dynastie Shang* et à cause de la cupidité sans limite des hommes, le monde a évolué jusqu’à l’actuelle situation complexe, qu’est la Chine. Les hommes avaient également commencé à désigner le monde par le terme de “Céleste Empire”** (天下) puisque tout sur Terre n’existait et était dirigé par les Cieux. Puis petit à petit, le »Céleste Empire » devint la Chine, les hommes commençaient à croire qu’ils pourraient diriger le monde d’eux-mêmes.
Sei lui répond alors que si pour lui, le monde entier est argent, lorsqu’il arrivera au pouvoir, alors ce monde sera uniquement dirigé par la cupidité des hommes. Ce à quoi, Ryofui réplique que c’est une meilleure alternative que d’avoir en premier recours à la guerre. En effet, en tant que dirigeant d’une nation, il ne peut se permettre de faire couler le sang et c’est son devoir de rendre le plus de citoyens heureux. Saitaku lui demande comment il compte gérer la situation actuelle avec son argent. Ryofui prévoit de faire de Qin l’état le plus riche de Chine et de rendre la vie de tous ses habitants heureuse, et cela sera possible parce que depuis cinq siècles, les états sont constamment en guerre et tout ce dont les habitants des différents états ont besoin, c’est la joie et le bonheur. Ainsi, en voyant l’état de Qin prospère et heureux, les autres états souhaiteront faire de même et il suffira de partager un peu de ces richesses avec eux et les rois accepteront de faire la paix. Ryofui construira ainsi un empire dont l’économie sera centrée sur Qin.
Au contraire, pour lui la politique barbare de Sei de vouloir »unifier la Chine » en forçant les autres états à se mettre à genoux n’est pas la bonne manière de gouverner la Chine. Cela reviendrait en effet à imposer le rêve d’un état vainqueur aux six autres états défaits au prix de massacres et de mers de sang, et n’engendrerait que peine, désespoir et haine envers Qin. Et nécessairement, la Chine vivra alors une époque sombre comme elle n’en a jamais vécue. C’est pourquoi Ryofui juge que si après ce discours, Sei pense toujours que c’est un prix raisonnable à payer pour voir son rêve d’unification se réaliser, alors il n’est rien d’autre qu’un psychopathe et est le moins apte à s’asseoir sur le trône royal.